2016 : Liste de @Marseillologie

1er Décembre : Roncayolo Marcel, L’Imaginaire de Marseille : port, ville, pôle, Marseille, Editions de la Chambre de Commerce de Marseille, 2014 (1990). Et si tout commençait par la géographie ? Ce sera par celle de Roncayolo.

2 Décembre : Dell’Umbria Alèssi, Histoire universelle de Marseille – De l’an mil à l’an deux mille, Marseille, Editions Agone, 2006. Une histoire énervée et totale de Marseille par un plainard au sommet de son érudition.

3 Décembre : Londres Albert, Marseille Porte du Sud, Arléa, 2008 (1927). Marseille, terre d’enquêtes du fondateur du journalisme de grand reportage, épris des marges et de l’injustice.

4 Décembre : Jankowski Paul, Communism and Collaboration. Simon Sabiani and Politics in Marseille (1919-1944), New Haven- Londres, Yale University Press, 1989. A travers une biographie de cet ancien du PCF passé dans la Collaboration via le PPF de Jacques Doriot, l’historien américain Paul Kankowski livre une histoire du clientélisme marseillais, une sociologie urbaine et électorale, un récit du banditisme et une analyse fine du fonctionnement du pouvoir local dans l’entre-deux-guerres.

5 Décembre : Péraldi Michel, Samson, Gouverner Marseille. Enquête sur les mondes politiques marseillais, Paris, La Découverte, 2006 ; et Sociologie de Marseille, Paris, La Découverte, 2015. Certainement l’ouvrage le plus cité et discuté de la marseillologie contemporaine. Certainement pas le moins contestable, mais a le mérite d’offrir un tour d’horizon des principaux acteurs et scènes politiques dans la ville.

6 Décembre : Boura Olivier, Marseille ou la Mauvaise Réputation, Arléa, Paris, 1998. Petit ouvrage sympathique et militant qui permet de comprendre comment fonctionne les stéréotypes sur Marseille et qui donne des pistes pour les déconstruire, les revêtir et les dépasser.

7 Décembre : Cassely Jean-Laurent, Marseille, manuel de survie, Paris, Les beaux jours, 2014. Dans la lignée du « Boura », mais en plus drôle et plus mordant, le meilleur connaisseur de Marseille le moins connu qui essaie (en vain) de se faire passer pour un Parisien au sein d’une grande rédaction reste le digne héritier de son père.

8 Décembre : Mucchielli Laurent, Délinquance et criminalité à Marseille, fantasmes et réalités, Paris, Fondation Jean-Jaurès, 2013. Un bouquin précieux et accessible sur les réalités (et les faux-semblants) des crimes à Marseille de la part du sociologue qui anime l’indispensable Observatoire régional de la délinquance et des contextes sociaux (ORDCS).

9 Décembre : Donzel André,  Le nouvel esprit de Marseille, Paris, L’Harmattan, 2014 ; et Marseille, L’expérience de la cité, Paris, 1998. Le plus fin observateur des évolutions sociologiques et urbaines de Marseille. Deux ouvrages, parmi d’autres, indispensables.

10 Décembre : Fournier Pierre et Sylvie Mazzella (Eds.), Marseille entre Ville et ports. Les destins de la rue de la République, Paris, La Découverte, 2004. Une enquête ethnographique et historique collective impressionnante qui permet de comprendre l’importance décisive de cette rue dans les transformations de Marseille

11 Décembre :  Borja Jean-Stéphane, Derain Martine, Manry Véronique, Attention à la Fermeture des portes. Citoyens et habitants au cœur destransformations urbaines : l’expérience de la rue de la République à Marseille, Marseille, Éditions Commune, 2010. Une recherche-action soutenue par Un Centre Ville Pour Tous et écrite à plusieurs mains.  Une étude qui recueille dans un objet magnifique la parole de l’habitant et restitue la violence ordinaire d’une opération d’aménagement.

12 Décembre : Borruey René, Le Port moderne de Marseille. Du dock au conteneiur (1844-1974), Marseille, Editions de la Chambre de commerce de Marseille, 1994. L’architecte nous fait entrer dans l’histoire du port de Marseille, non pas par les luttes syndicales ou les imaginaires, mais par le dispositif matériel. De la création des bassins de la Joliette et d’Arenc au milieu du XIXe siècle aux révolutions techniques contemporaines, c’est une géo-histoire passionnante et étonnement peu connue qui nous est livrée ici.

13 Décembre : Sala Pala Valérie, Discriminations ethniques. Les politiques du logement social en France et au Royaume-Uni, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013. Comparant les processus d’attribution de logement sociaux à Birmingham et à Marseille, ce livre important explique la construction de catégories ethniques par l’action publique et montre que ce n’est pas parce que les institutions ne sont pas racistes qu’elles ne discriminent pas en fonction de l’ethnicité.

14 Décembre Grésillon Boris, Un enjeu « Capitale », Marseille-Provence 2013, La Tour d’Aigues, Édition de l’Aube, 2011 ; et Maisetti Nicolas, Opération culturelle et pouvoirs urbains. Instrumentalisation économique de la culture dans Marseille-Provence  Capitale européenne de la culture 2013, Paris, L’Harmattan. Deux ouvrages sur la Capitale européenne de la culture de la part d’un géographe spécialiste des politiques culturelles et d’un politiste qui travaille sur l’action publique urbaine. Celui qui a écrit l’ouvrage au titre trop long est aussi l’auteur de la liste.

15 Décembre : Burlaud Nicolas, La fête est finie, Documentaire, Primitivi, 2014. Le documentaire définitif sur la farce qu’a constitué la Capitale européenne de la culture. Où l’on voit Valls et Gaudin s’exciter au centre de contrôle des caméras de surveillance sur l’arrestation d’un vendeur à la sauvette de la rue longue des Capucins. Un film sur la culture, donc.

16 Décembre : Izzo Jean-Claude, Trilogie Fabio Montale, Paris, Gallimard, 1995-96-98. Total Kheops, Chourmo, Solea, un verre de Lagavulin (puis au autre), la bouffe, filles-flics-descente, Marseille, sa lumière, comme personne n’a réussi à la décrire.

17 Décembre : Oeuvres complètes de Victor Gelu, Imprint, Nabu Presse, 2014. « Ni charlatan, ni papegai, ni sacristain, ni tortueux, ni souple-échine, ni rimeur de fadaises », Gelu, pardi.

18 Décembre Bromberger Christian, Le Match de football. Ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, Paris, Éditions de la Maispn des Sciences de l’Homme, 1995 ; Lestrelin Ludovic, L’autre public des matchs de football. Sociologie des « supporters à distance » de l’Olympique de Marseille, Paris, éditions de l’EHESS, 2010. L’OM est une religion. Ici ce n’est pas un poncif, mais deux ouvrages. L’un est une enquête d’ethnologie comparée en plein coeur des années Tapie, l’âge d’or du mouvement Ultra dans l’Europe méridionale. Le second est une oeuvre plus récente de sociologie qui s’attache à comprendre les liens qui unissent Marseille et l’OM à des individus étrangers au contexte local.

19 Décembre :  Comolli Jean-Louis, Michel Samson, Marseille contre Marseille, Documentaires, Doriane Films, 1989-2001. Une oeuvre magistrale, 7 documentaires sur les campagnes depuis la mort de Gaston Defferre. Deux autres ont suivi et ne figurent pas dans le coffret (2008 et 2014). On prend le temps d’expliquer et de déplier les affrontements politiques et les luttes pour l’occupation du pouvoir. Nul besoin de spectacle ni de dragon.

20 Décembre :  Gheerbrandt Denis, La République Marseille,  Documentaire, Éditions Montparnasse, 2009. 7 courts documentaires qui nous promènent chez les dockers, les mondes ouvriers perdus, les femmes de la cité Saint-Antoine, la cité des Rosiers, la rue de la République… Des visages et des lieux d’un Marseille que certains voudraient ensevelir de leur « requalification » et qui se tiennent là.

21 Décembre : Monnier Xavier, Marseille ma ville, Paris, Les arènes, 2013 ; Les nouveaux parrains de Marseille, Paris, Fayard, 2016. Un journaliste qui n’a pas froid aux yeux et qui garde la même flamme quand il parle avec les flics ou les voyous ou quand il va dénicher les PV d’audition. Un enquêteur intransigeant et engagé qui a pas perdu la foi dans sa ville.

22 Décembre :  Pujol Philippe, French deconnection : au cœur des trafics, Paris, Robert Laffont / Wildproject, 2014 ; La fabrique du monstre : 10 ans d’immersion dans les quartiers nord de Marseille, la zone la plus pauvre d’Europe, Paris, Les Arènes, 2016. L’Albert Londres 2013, ex-fait-diversier de la Marseillaise. Le pendant « quartier shit » (du nom de sa série d’enquêtes qui lui a valu le prix) à Xavier Monnier. Certainement la plus belle plume du milieu. Et ce regard, surtout.

23 Décembre : Martel Camille, Massilia Sound System, Paris, Le mot et le reste.2014. ; et Valnet Julien, M.A.R.S, Histoires et légendes du Hip-Hop marseillais, Wildproject, 2013. Deux ouvrages sur la musique à Marseille. Massilia d’abord à travers ses albums et ses combats. Le rap, ensuite, avec ses héros et ses fêlures.

24 Décembre :  Mattin Cesare, Clientélismes urbains. Gouvernement et hégémonie politique à Marseille, Paris, Presses de Sciences Po., 2016. Et pour finir en beauté : l’enquête de sociologie la plus aboutie sur les systèmes politiques marseillais. Le fruit d’un travail de terrain considérable et d’une conceptualisation théorique stimulante. Un passage savoureux sur la marseillologie en introduction. Et puis Cesare, quoi !

 

Publicités

Une réflexion sur “2016 : Liste de @Marseillologie

  1. Ping : 2016 : Les listes perso – SocioNoël

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s